Le chewing – gum : une pâte à mâcher, pas facile à décoller !

Ils sont partout, à chaque coin de rue, et qu’est-ce qu’ils collent…ces chewing-gum !

Saviez-vous que la France est le 2ème pays consommateur mondial de ce type de friandise avec 5 chewing-gums par semaine contre 6 pour les américains ! Alors qu’autrefois, on mastiquait de la pâte à mâcher végétale, aujourd’hui industrialisés, ces anti-stress des temps modernes sont complètement artificiels et peuvent contenir jusqu’à 100 ingrédients synthétiques ! Et tout ça, pour le plus grand déplaisir de nos estomacs et des trottoirs sur lesquels on les laisse choir. Le rejet de ces dernières dans la rue est une véritable pollution qui sévit aux 4 coins du monde et principalement dans les villes ! Alors comment remédier à tout cela, car ce n’est pas toujours évident à enlever de nos chaussures ou vêtements, mais surtout ça fait désordre…

Jadis fabriqué à partir d’une gomme naturelle, le « chiclé » (latex blanc issu du sapotier, un arbre sauvage localisé dans les forêts d’Amérique centrale et du sud), le chewing-gum s’est modernisé pour devenir quasi entièrement synthétique.

Confectionné à base de polymères issus du pétrole, selon un procédé industriel semblable à celui utilisé pour créer les pneus de véhicules, il est finalement pas si étonnant de les retrouver partout dans la rue ! Si le fait d’avaler un chewing-gum ne présente pas de dangers majeurs car son séjour dans l’intestin ne dure pas longtemps, dans la nature, il mettra au moins 5 ans à se détruire.

En Angleterre, ce phénomène de pollution est très problématique surtout quand on sait que la facture publique de nettoyage s’élève à 6 millions d’euros par an pour la seule ville de Londres.  Pour venir à bout de ces sucreries collantes incrustées dans le bitume, plusieurs méthodes ont été testées à travers le monde mais elles restent à ce jour trop onéreuses (comprendre non rentables) ou représentent un travail fastidieux. Alors, une recette miracle existe-t-elle ?

Oui, en renouant avec le passé, une petite coopérative mexicaine a réinventé une pâte à mâcher biodégradable et biologique. Baptisée ‘Chicza’ et certifiée bioagricert et Organic Farming, elle contient du chiclé et commence à se désagréger après la phase de mastication. Muni d’un emballage biodégradable, elle possède l’avantage de ne pas coller.

Génial, on peut donc désormais reprendre nos activités de rumineurs mais on peut tout de même arrêter d’être pollueurs…

Publicités
Cet article, publié dans ...alimentation & plaisir gustatif, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s