L’Autriche ambitionne une autonomie énergétique pour 2050…

Le Saviez-Vous ?

Le ministre de l’environnement de l’Autriche, Nikolaus Berlakovich, a récemment annoncé que son pays serait autonome en énergie, d’ici 2050, grâce au déploiement des énergies renouvelables et aux économies réalisées. « Un objectif réalisable« , a-t-il affirmé.

Ceci, à l’instar de la ville de Güssing, dans la province du Burgenland (est de l’Autriche), qui se veut la championne européenne des énergies renouvelables. « Güssing est la seule ville en Europe totalement autonome en énergie, aucune autre ville n’ayant encore atteint les 100% d’autonomie grâce aux énergies renouvelables », affirme Reinhard Koch, directeur du Centre européen des énergies renouvelables de Güssing.

Les énergies renouvelables, contrairement aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), utilisent des flux inépuisables d’origine naturelle (soleil, vent, eau, croissance végétale).

« Il y a une quinzaine d’années, la région de Güssing était la plus pauvre d’Autriche, et la population, confrontée à des difficultés économiques, était obligée de partir chercher du travail ailleurs. Il fallait faire quelque chose », indique le patron de ce centre de compétence pour les énergies renouvelables.

Les élus locaux ont alors décidé de mettre en place un nouveau plan énergétique, mettant à profit la grande quantité de biomasse (les matières organiques produites par les végétaux et les animaux) disponible dans la région, afin de remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables.

L’application de ce plan, piloté par le Centre européen des énergies renouvelables, un organisme sans but lucratif, a ainsi permis la création progressive de 35 installations de production d’énergie, sous forme de sociétés d’économie mixte avec la participation des agriculteurs locaux pour l’approvisionnement des matières organiques.

Des centrales de production de biogaz pour la production de chaleur et d’électricité à partir de maïs, de trèfle et d’herbe, de biodiesel pour la production de ce carburant à base d’huile de colza, de gazéification du bois pour la cogénération de chaleur et d’électricité, et des installations solaires thermiques (eau chaude et chauffage), et photovoltaïque (électricité) ont ainsi été mises en place. L’éolien n’a pas été développé faute de sites suffisamment ventés.

La centrale électrique de gazéification du bois pour la production combinée de chaleur et d’électricité « est la première du genre au monde« , estime Daniela Augustin, guide du Centre européen des énergies renouvelables.

Source : médiaterre

Publicités
Cet article, publié dans ...sur les énergies, Je m'informe..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s