No Impact Man, l’homme qui voulait changer sa vie…

Chose promise, chose due ! Suite à la rédaction de notre billet sur la « No Impact Week » organisée par l’Agence Mieux, voici le récit de ce livre insolite qui l’a inspirée dans sa démarche ECO-logique ! C’est aussi l’occasion de rappeler que la surconsommation n’est pas une fatalité mais une multitude d’actes choisis, bien souvent peu réfléchis…

Retour sur l’aventure de Colin Beavan, un américain New-Yorkais, audacieux et volontaire, dont le leitmotiv « apprendre à faire sans » lui a permis de vivre cette histoire atypique dont il a tiré son ouvrage « No Impact Man ». A lire absolument !

Son projet initial, expérimenter une vie à la Robinson Crusoé sur le plancher des vaches urbain, pour tenter de n’avoir aucun impact environnemental à son actif et montrer qu’il est possible de vivre autrement, avec un peu de bon vouloir et de bon sens. C’est ainsi que sa vie du haut du 9ème étage d’un building de Manhattan s’est transformée en une quête permanente du « toujours mieux » au détriment du « toujours plus« , entraînant au passage celle de sa femme Michelle et sa petite fille d’un an et demi, Isabella.

A travers ce récit, plein d’humour, Colin Beavan nous livre les différentes péripéties qui ont ponctué leur chemin : une démarche progressiste qu’il ont mis en place, ensemble, pour parvenir à relever ce défit de taille.

Opération zéro déchet (incroyable mais vrai), déplacements doux (pas d’ascenseur, dur dur quand on habite au 9ème étage !, et retour à la marche à pied et au vélo, très bon pour la santé au passage, zéro voyage en avion, ni en train sans se brouiller avec sa famille !), alimentation locale, du « ré-achat » plutôt que du neuf, jusqu’à la suppression totale de l’électricité (pas de réfrigérateur, pas de climatiseur ni de chauffage), il aura réussi en un an à atteindre un bilan carbone quasi nul. Une seule entrave au règlement : son petit café du matin, mais servi dans son mug soigneusement amené avec lui tous les jours.

Une aventure certes poussée à l’extrême mais qui a le mérite d’être un challenge parfaitement relevé ! Si leur confort a évidemment été bousculé, Colin Beavan insiste beaucoup sur le fait que leur vie a pris bien plus de sens à bien des égards, comme par exemple la suppression de la télévision, qui occasionne plus de moments de convivialité avec sa famille ou ses amis.

D’une prise de conscience dérangeante à l’insertion progressive d’une rupture dans leur mode de vie, les 3 citadins ont expérimenté ce concept de mieux vivre, et nous ont montré que le changement est à la portée de tous, pour peu qu’on soit capable de le décider et de s’y tenir. Comme le livre le laisse sous-entendre, il ne s’agit pas de révolutionner sa vie d’un coup d’un seul, ni d’être excessif au point de se priver de tout, mais plutôt de mieux réfléchir à chacun de nos actes de consommation qui nous conditionnent aujourd’hui, pour demain…

.

Publicités
Cet article, publié dans ...et à leur échelle !, Ils ou elles changent le monde à leur façon..., Je consomme autrement..., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s